Voici quelquesphotos

significatives de l’audience avec le Pape que nous avons vécue ce matin. D’autres photos nous parviendrons du moment de rencontre privilégié de nos Supérieur Généraux avec le Pape. Il faut attendre que l’Agence de photos du Vatican les mette en ligne.

A partir du COMPTE-RENDU DE L’AUDIENCE par FERNANDO CORDERO voici une traduction libre… d’un témoin.

 Benoît XVI aux Chapitres Généraux SS.CC

« Je vous accompagne par ma prière pour que vous poursuiviez votre service pour l’Eglise » 

Nous commençons  la journée du 19 septembre par l’Eucharistie préparée par nos frères polonais. Dans son homélie, Radek Ziezio, sscc, nous  fait remarquer que Rome a cette particularité, la proximité  du « Siège de Pierre ». Il nous invite alors  à « sentir comme l’Eglise ». Et  il nous propose  une réflexion autour de : « Qui est le pape ? Quel est son rôle ? Et comment sentir avec l’Eglise ? »

Après le petit déjeuner, nous, -les membres des Chapitres Généraux et d’autres sœurs et frères qui nous aident ces jours-ci-,  prenons  deux bus qui nous mènent  près de la place Saint Pierre. Aux environs de 10h30 nous arrivons à la salle Paul VI où va se tenir l’audience générale avec Benoît XVI. Les Supérieurs Généraux, Impératrice et Javier sont invités à prendre place sur les chaises de la  première rangée, très proches du Saint Père… comme vous pouvez l’observer sur le vidéo ci-dessus. Les sœurs et les frères, nous sommes juste derrière eux, ce qui nous permet d’observer facilement Benoît XVI.

Benoît XVI consacre  la catéchèse de cette audience générale à son récent voyage apostolique au Liban. Personne, dans le monde, en dehors de lui  ne parle avec autant de force et de courage du dialogue chrétiens-musulmans. Je le cite :  « …(ce)  voyage que j’ai voulu de toutes mes forces, malgré les circonstances difficiles, considérant qu’un père doit toujours être aux côtés de ses enfants lorsqu’ils rencontrent des problèmes graves. J’ai été stimulé par mon vif désir d’annoncer la paix que le Seigneur ressuscité a laissée à ses apôtres par ces paroles : « Je vous donne ma paix» (Jn 14, 27). Cela a été un événement ecclésial émouvant et, en même temps, une excellente occasion de dialogue, vécue dans un pays complexe mais emblématique pour toute la région, en raison de sa tradition de convivialité et de collaboration active entre les diverses composantes religieuses et sociales ».

« Face aux souffrances et aux drames qui perdurent dans cette zone du Moyen-Orient, j’ai manifesté ma sincère proximité avec les aspirations légitimes de ces chères populations, en leur adressant un message d’encouragement et de paix. Je pense en particulier au terrible conflit qui tourmente la Syrie, provoquant, outre des milliers de morts, une vague de réfugiés qui affluent dans la région à la recherche désespérée de sécurité et d’un avenir ; je n’oublie pas non plus la situation difficile en Irak. Pendant ma visite, les populations du Liban et du Moyen-Orient – catholiques, représentants des autres Eglises et communautés ecclésiales et des diverses communautés musulmanes – ont vécu avec enthousiasme et dans une atmosphère détendue  et constructive une expérience importante de respect mutuel, de compréhension et de fraternité, qui constitue un signe d’espérance fort pour toute l’humanité. Mais c’est surtout la rencontre avec les fidèles catholiques du Liban et du Moyen-Orient, présents par milliers, qui a suscité en moi un sentiment de profonde gratitude pour l’ardeur de leur foi et de leur témoignage ».

L’audience se déroule  dans une atmosphère de joie, d’écoute attentive et pleine d’émotion à ce que dit  Benoît XVI, visiblement fatigué mais très sensible  au  jaillissement de chants et à l’affection des milliers de personnes qui sont  là.

Après le discours, prononcé en italien, puis résumé en d’autres langues,  un assistant signale au  Saint Père, pour chaque groupe linguistique, quels sont les délégations  de pèlerins qui assistent à l’audience. C’est en italien, le prélat-assistant présente au Pape les membres des « Chapitres Généraux des frères et sœurs des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie et de l’Adoration Perpétuelle ». Au moment où cite le nom de la Congrégation, les Supérieurs Généraux se lèvent. Quelques instants plus tard, le Pape, en italien, salue  la Congrégation.

Après le chant du « Pater noster »  et la bénédiction papale, des évêques et autres personnalités assises au premier rang  ont  le droit d’avancer  pour saluer le Saint Père. Javier et Impératrice font partie des « privilégiés ». Ils  s’approchent de Benoît XVI.

Le Supérieur Général, en italien, indique  à Benoit XVI que les frères et les sœurs des Chapitres Généraux de la Congrégation sont là présents. Puis il lui présente  Impératrice : « C’est la nouvelle Supérieure Générale. Elle vient de l’Equateur ».  Le Pape félicite  Impératrice pour son élection et Javier pour sa réélection.

Benoît XVI assure,  à nos Supérieurs Généraux, ses prières « pour que la Congrégation poursuive son service dans l’Eglise ». Les Supérieurs Généraux,  à leur tour, lui promettent  leurs prières et nos prières pour lui et pour son ministère. Le pape les regarde attentivement, les écoute, leur prend  la main. Puis il leur donne  un chapelet à chacun.

Tandis que les Supérieurs Généraux saluent Benoît XVI, la délégation SS.CC entonne le « Gratias Infinitas ».

Ce fut un moment très spécial pour lequel  nous voulons remercier, de tout cœur, Alfred Bell, notre Postulateur qui a tout organisé avec grand soin  jusque dans les moindres détails.

Traduction libre du récit  de Fernando Cordero, sscc,

témoin privilégié

 

Publicités